compteur
En cours de chargement... Veuillez attendre quelques instants le chargement complet de la page
X

Les arts martiaux ont pour objectif de forger l'esprit et le corps pour mieux surmonter les difficultés de la vie. Minoru Mochizuki (1907-2003)

Le Yoseikan Budo est un art martial développé à la fin des années 60 et fondé officiellement en 1975 par Maître Hiroo Mochizuki né en 1936 à Shizuoka (Japon), fils de Maître Minoru Mochizuki à qui il doit l'essentiel de ses connaissances. Cette méthode originale met en évidence la logique commune entre les différentes techniques de combat à mains nues ou avec armes : ce fil conducteur appelé " mouvement ondulatoire ". La puissance du corps tout entier est sollicitée puis transmise à un membre ou une extrémité, par un mouvement d'onde. Ceci permet d'optimiser la puissance et l'efficacité de tout mouvement.
Le répertoire technique et pédagogique étant en perpétuelle évolution et amélioration, les possibilités sont quasi infinies. Les seules limites étant : la créativité de l'enseignant et le respect de l'intégrité physique des pratiquants. Les pratiquants portent une tenue comportant une veste croisée bleue marine et un pantalon blanc à bande bleue, les pratiquants, du débutant au créateur de la discipline, portent tous la même ceinture blanche et bleue, représentant l'union du Yin et du Yang et symbolisant le principe d'onde.

Le répertoire du Yoseikan Budo englobe des techniques de percussions (pieds, genoux, mains, coudes, tête…), de clefs (torsions et extensions articulaires), de projections, d'immobilisations, d'étranglements et d'armes (traditionnelles ou recouvertes de mousse). Le système de correspondance entre les différentes techniques est démontré et exploité principalement par l'intermédiaire du kata " Yoseikan Happo " base fondamentale de la méthode.

La pratique du Yoseikan Budo selon les âges

Pour les jeunes enfants (3 à 6 ans) : développement psychomoteur par la sensibilisation au Yoseikan Budo, sous forme de jeux éducatifs.
Pour les enfants (6 à 11 ans) : développement psychomoteur par l'apprentissage ludique et sportif du Yoseikan Budo.
Pour les adolescents (11 à 15 ans) : construction physique et sociale par l'apprentissage sportif du Yoseikan Budo et de ses valeurs morales.
Pour les adultes (16 à 40 ans) : optimisation et entretien du potentiel physique par l'apprentissage du Yoseikan Budo. Amélioration de " soi " par le respect et l'intégration de son code moral.
Pour les seniors (à partir de 40 ans) : entretien du potentiel physique par l'apprentissage de formes douces de pratique visant à améliorer la perception de soi et à prolonger l'autonomie de la personne

La compétition

Elle n'est pas considérée comme une fin en soi, mais comme une étape pour la construction de l'individu. En aucun cas obligatoire, elle apporte néanmoins un certain sens de la combativité. Elle est de plus la forme de travail la plus proche du combat réel.

Les épreuves

La compétition de YOSEIKAN, constituée de deux ateliers a également été créée par rapport à des objectifs pédagogiques :
La première épreuve (EMONO-LANDOLI) se déroule avec des armes en mousse de différente longueur. L'objectif est de favoriser l'évaluation des distances et le maniement de diverses armes.               
 
La deuxième épreuve (SUDE-LANDOLI) effectuée à mains nues (pieds, poings, projections, immobilisations) développe l'endurance, la résistance physique, le sens de l'initiative et l'efficacité.
 
En cas d'égalité, une troisième épreuve est imposée (EMONO-SUDE-LANDOLI). Un des combattants tient un Kombo (petit baton en mousse de 35 cm) alors que l'autre est mains nues.
Cette forme de compétition demande au pratiquant beaucoup de polyvalence. Elle lui permet ainsi de pouvoir s'exprimer pleinement et l'oblige à mettre en œuvre toute sa créativité et se facultés à s'adapter à diverses situations.
La sécurité est maximum car les combattants ont tous des protections homologués (gants, protège tibias-pieds, casque et parfois plastron)

L'emblème du Yoseikan Budo revêt une importance toute particulière.
Le cercle renvoie à la perfection, recherche éternelle de l'homme... Mais l'homme ne peut l'atteindre, ainsi le pied de la montagne coupe le cercle et enjoint l'homme à se montrer modeste - la perfection n'étant pas humaine.
Au-dessus de la montagne, l'air et le soleil sont lumière, oxygène et gaieté. La montagne en blanc symbolise la terre, la pureté (et donc l'honnêteté), la clarté (dans les engagements et les décisions), la solidarité.
L'eau en bleu, au pied de la montagne, symbolise le calme, la souplesse, l'espoir et l'adaptation. Ces éléments, l'air, la terre, l'eau, sont nécessaires à la vie, ils participent de la nature, donnent la vie.
Ainsi, à travers eux, toute la nature et notre monde se doivent d'être respectés, y compris les êtres humains qui les composent. Cette notion de respect mutuel et d'imbrication des éléments d'un même ensemble, les uns dans les autres, en un système, est la base de notre vie en société.

La tenue

La tenue du Yoseikan Budo est composée d'un pantalon blanc avec des bandes bleues nuit sur les côtés, d'une veste de kimono bleue nuit et d'une ceinture bleue nuit et blanche.

Le blanc symbolise le Yin, l'énergie négative, la féminité, la fluidité...
Le bleu symbolise la Yo, l'énergie positive, la force, la puissance...
La ceinture qui au demeurant sert à tenir la veste fermée, est composée de partie blanche et bleue de même taille. Paradoxalement, les partie bleues paressent plus petites de loin. L'ensemble symbolise l'ondulation.
Le sigle se situe sur la veste au niveau du cœur bien entendue.
Le kimono symbolise donc le cycle de la vie, l'opposition permanente entre deux parties s'attirant mutuellement et toujours présentes (bien-mal, clair-obscur, positif-négatif, etc.).

En Yoseikan Budo, si tout le monde n'a pas le même grade, en revanche tout le monde a la même ceinture, du débutant au Maître. Le fait de ne pas différencier visuellement les pratiquants en fonction de leur niveau technique (grade) est délibéré, la valeur humaine, morale d'un individu étant plus importante que sa valeur technique.



Les cinq idéogrammes du Yoseikan Budo


YO  "Nourriture pour l'âme" : l'éducation


SEI  L'honnêteté par rapport à sa conscience, le sens de la justice : la droiture     

     
KAN  Le lieu d'union : une grande maison, l'école


BU  Arrêter la lance, empêcher la guerre : la recherche de la paix


DO  Le chemin qui mène à l'objectif : la voie




Maître Hiroo Mochizuki  10 ème  Dan Fondateur du Yoseikan Budo et David Demerin 1987

Maître Minoru Mochizuki 10 ème  Dan d'Aikido

Maître Hiroo Mochizuki 10 éme DAN Fondateur du Yoseikan Budo

Maître Hiroo Mochizuki Fondateur du Yoseikan Budo 10 ème Dan

Emblème du Yoseikan Budo

Maître Hiroo Mochizuki 10 ème Dan Fondateur du Yoseikan Budo

Maître Minoru Mochizuki 10 dan en 1987 lors d'un stage international de Yoseikan Budo

Le Yoseikan Budo rassemble cinq  idéogrammes porteurs de sens



Création du site par David et Valerie, mise à jour : jeudi 8 juin 2017jeudi 8 juin 2017